fbpx

Décorer vos céramiques à l’engobe :  recettes, application et techniques avancées

Autres, Émaillage, Ressources | 0 commentaires

Il existe toutes sortes de techniques pour apporter de la couleur à vos céramiques, mais lorsqu’il s’agit de faire un décor précis au pinceau ou du scrafitage, l’engobe est une solution idéale.

Réalisé à base de terre à laquelle on ajoute des pigments de couleur, il s’applique sur une terre crue à la consistance de cuir ou sur de la terre sèche et permet de laisser libre cours à sa créativité. Mais si l’engobe simple ne nécessite pas de connaissances techniques particulières, il est plutôt adapté à de la céramique décorative. En revanche, si vous souhaitez réaliser des pièces plus résistantes, cela se complique un peu. Alors pour que l’engobe n’ait plus aucun secret pour vous, lisez la suite de cet article, nous vous y donnons nos recettes, techniques et petits secrets de réussite !

Sommaire

Engobe ou émail, quelles différences ?

Tout ce que vous devez savoir pour préparer vos engobes

Recette de l’engobe simple

Où trouver la terre ?

Technique de préparation pas à pas

Les techniques d’application de l’engobe

L’application au pinceau

L’application par trempage

L’application par touches

Finition avec un émail transparent

Réaliser des engobes complexes

Le cas particulier de l’engobe sur biscuit

Composition et température de cuisson

Engobe ou émail, quelles différences ?

Décorer une céramique à l’engobe est généralement beaucoup plus simple, car il ne coule pas, ne bulle pas et ne peut pas vous réserver de mauvaise surprise en sortie de four comme c’est parfois le cas avec de l’émail. En effet, comme l’engobe n’a pas besoin de fondre pour révéler ses couleurs, il vous permet de créer des décors précis aux contours nets, tels que des motifs floraux ou abstraits.

Cependant, si l’engobe vous ouvre un champ immense de créations, vous ne pourrez pas obtenir les couleurs vives que vous permet l’émail. Par ailleurs, s’il est décoratif, il ne protège, ni ne solidifie la céramique. Ainsi, si vous souhaitez réaliser des céramiques pour la table, il vous faudra y ajouter un émail transparent.

Tout ce que vous devez savoir pour préparer vos engobes

La recette de l’engobe est assez simple : de la terre et des colorants, le secret étant de s’assurer que l’on utilise la bonne terre pour que :

  • La couleur de la céramique change (sinon à quoi bon ?)
  • L’engobe ne s’écaille pas
  • L’engobe reste tendre pour pouvoir être gratté ou scrafité afin de créer un décor comme sur les tessons ci-dessous

Recette de l’engobe simple

On utilise généralement une terre blanche pour fabriquer un engobe, simplement pour que les couleurs des oxydes colorants se révèlent mieux :

  • Haute température : porcelaine ou grès blancs (mais les grès blancs sont moins courants)
  • Basse température : faïence blanche

Jusque-là, pas de grande difficulté, mais attention, l’engobe étant fait de terre, il va réduire pendant la cuisson. Ainsi, si la terre utilisée pour l’engobe est différente de celle utilisée pour la céramique, toutes deux peuvent avoir des taux de retrait très différents. Si vous utilisez la même terre pour votre céramique et pour l’engobe, vous écartez le problème, mais pour cela, il faut savoir tourner la porcelaine ou trouver du grès blanc.

Or, dans la plupart des cas, on utilise du grès pour la céramique (car plus facile à tourner que la porcelaine) et de la porcelaine pour l’engobe (car le blanc fera ressortir les couleurs). Malheureusement, s’il y a une différence de plus de 5%, l’engobe de porcelaine va s’écailler et tomber.

Pour calculer vos différences de retrait, vous pouvez considérer les pourcentages suivants :

  • Porcelaine : >15%
  • Grès : 12%
  • Faïence : 10%

Pour éviter ce problème, il faut mélanger la terre avec suffisamment d’eau (50% de terre pour 50% d’eau) afin que l’engobe soit bien dilué et ensuite l’appliquer en couche très fine. Plus la couche sera fine, moins l’engobe risquera de s’écailler.

Où trouver la terre ?

Pour faire un engobe, on utilise généralement des déchets secs de terre de tournage que l’on émiette et que l’on mélange avec de l’eau. Si vous souhaitez utiliser de la porcelaine pour son inégalable blancheur, mais que vous n’en tournez pas, vous pouvez simplement acheter un pain de porcelaine, le couper en petits morceaux et les faire sécher au soleil pour obtenir l’équivalent des déchets secs de tournage.

Attention : vous pourriez être tenté d’acheter de la terre de coulage qui est déjà liquide. C’est une mauvaise idée, car elle contient beaucoup de dégraissant (comme de la chamotte farine) qui lui fera prendre son retrait avant la cuisson, contrairement à votre céramique qui réduira pendant la cuisson. Votre engobe va donc forcément s’écailler.

Technique de préparation pas à pas

1 – Concassez vos déchets de terre de tournage à l’aide d’un marteau, puis finissez de les écraser avec un rouleau pour en faire une poudre grossière (de la taille de grains de riz) ;

2 – Saupoudrez-la dans un récipient contenant l’eau puis attendez au moins une demi-heure avant de remuer ;

3 – Tamisez le mélange pour éviter les grumeaux (pas besoin de tamis, une simple passoire à thé suffit) ;

4 – Incorporez vos oxydes colorants (cobalt, cuivre, fer, manganèse, chrome ou des colorants pour masse, achetés chez les revendeurs de matériel pour potier).

Le pourcentage de rajout de colorant dépend de l’intensité de couleur que vous souhaitez obtenir :

  • < 5 % pour des couleurs pastel
  • 5 – 10 % pour des couleurs franches
  • > 10 % pour des couleurs intenses

Les techniques d’application de l’engobe

Une fois l’engobe préparé, vous pouvez l’appliquer sur la céramique crue (consistance cuir ou sèche) en utilisant les mêmes techniques que pour de l’émail : pinceau, trempage, à la louche ou au pistolet compresseur.

Un engobe n’a pas besoin d’être très épais pour être visible, car contrairement à l’émail, il reste opaque et donne exactement la même couleur quoi qu’il arrive. Mais c’est de la terre, elle ne fond pas et ne se nappe pas durant la cuisson, c’est pourquoi toute trace visible avant cuisson (trait de pinceau, surépaisseur, retrait) se verra aussi après cuisson.

L’application au pinceau

L’engobe reste tel que vous l’avez appliqué. C’est pourquoi, si vous l’appliquez au pinceau sur le tour, il est judicieux ensuite de le lisser avec une estèque métallique souple pour retirer les éventuelles traces. Cela est également possible lors d’une application au pistolet, par trempage ou à la louche.

Inscrivez-vous au cours intermédiaire sur le tournage en ligne, nous vous montrons comment faire !

L’application par trempage

Vous appliquez votre engobe sur une céramique qui n’est pas encore passée au four, elle contient donc déjà une bonne quantité d’eau. Pour cette raison, l’eau de l’engobe sera absorbée moins rapidement que s’il s’agissait d’une céramique biscuitée. Il faut donc laisser tremper la céramique plus longtemps dans l’engobe, car sinon elle risque de ne pas être parfaitement recouverte.

Temps de trempage indicatif :

  • Engobe sur terre crue : 6-7 secondes
  • Émail sur terre biscuitée : 2-3 secondes

L’application par touches

Si vous souhaitez tracer des motifs sur votre céramique, votre engobe devra être un peu plus épais. Dans ce cas, réduisez la quantité d’eau. Vous pouvez aller jusqu’à 75% de terre et 25% d’eau si vous ne l’appliquez pas sur de grandes surfaces.

Finition avec un émail transparent

Si vous voulez protéger votre décor à l’engobe ou solidifier votre pièce de céramique, il faut ajouter un émail transparent. Sachez que si la cuisson ne change pas la couleur de l’engobe, la recette de l’émail transparent, si. Plus l’émail que vous appliquerez sera brillant, plus il sera lumineux, plus il laissera passer la couleur de l’engobe, et plus le rendu sera vif.

Attention : il est toujours préférable de biscuiter votre céramique déjà décorée avant de l’émailler, car si par malheur elle explose pendant la cuisson, l’émail en fusion causera de gros dégâts dans votre four.

Réaliser des engobes complexes

Dans certaines circonstances, vous pouvez avoir besoin de réaliser un engobe complexe. C’est notamment le cas si vous souhaitez :

  • Faire de la mono-cuisson (sauter l’étape du biscuit)
  • Avoir un rendu satiné (engobe vitreux satiné)
  • Utiliser une terre différente pour l’engobe et la céramique sans avoir à vous soucier de la proportion d’eau
  • Appliquer un engobe sur un biscuit

Dans tous ces cas, vous devez augmenter la fusibilité de votre engobe en y incorporant des ingrédients qui vont lui permettre de fondre, en lui octroyant certaines qualités propres à un émail, comme la vitrification.

Le cas particulier de l’engobe sur biscuit

Si vous souhaitez appliquer un engobe sur une céramique déjà biscuitée, même si vous souhaitez ensuite ajouter un émail transparent, il faudra que votre engobe ait les qualités d’un émail.

Pourquoi ? Parce que lorsque l’on veut poser de l’engobe sur un biscuit (donc une terre déjà cuite, qui a déjà eu son retrait), la terre crue de l’engobe risque de se rétracter et s’écailler. Elle ne peut donc pas être utilisée telle quelle, mais mélangée à des « dégraissants » tels que de la silice ou du feldspath qui vont diminuer la proportion de terre et éviter les mauvaises surprises (proportions dans le tableau ci-dessous).

Composition et températures de cuisson

Pour réaliser un engobe complexe sur une terre consistance cuir, ou sèche, on utilise au moins 50% de terre à laquelle on ajoute d’autres ingrédients (pour vitrifier, satiner, rendre plus résistant ou éviter les problèmes de rétractation). Sur une terre déjà biscuitée, il faudra réduire de beaucoup la quantité de terre utilisée, et préférer des ingrédients qui permettent à l’engobe de ne pas prendre de retrait (ex : silice, feldspath).

Dans votre mélange, il peut parfois être plus pratique de remplacer une partie de la terre sèche par du kaolin ou de la ball clay (puisque ce sont des poudres de terre).  Mais attention, le kaolin ne peut pas être utilisé dans la recette d’un engobe simple, son taux de retrait est trop important !

Pour vous faciliter la tâche, voici un tableau vous donnant les proportions à respecter pour les différents ingrédients en fonction de la température de cuisson et de l’état de la terre au moment de la pose de l’engobe (consistance cuir, sec, ou biscuité).

* Il y a une ligne pour la « terre ou kaolin » et une pour la « terre ou ball clay » mais si vous avez les deux, vous pouvez mettre 50% de chaque.
* Le kaolin calciné est un kaolin qui a déjà pris son retrait. On peut l’utiliser sans risquer de provoquer le retrait de l’engobe.
* Vous pouvez choisir n’importe quelle fritte.

Pour maîtriser toutes les techniques de la céramique, nous proposons des formations à distance.

Centre de ressources
animé par Matthieu Liévois,
potier-céramiste depuis plus de 40 ans et fondateur de l’école Créamik

Découvrir les vidéos Créamik gratuites ici !

Retrouvez tous les cours

Mots clés

Ne ratez plus les nouveautés de l'école Créamik !

Suivez-nous sur les réseaux